La colère des aubergines, Bulbul Charma

                Ces nouvelles sont présentées comme des récits gastronomiques et, effectivement, chacune d’elle est assortie d’une recette qui a un rapport avec l’histoire racontée. Elles mettent en scène des cuisinières émérites ou pas, ayant chacune une spécialité culinaire. Une vieille femme veille jour et nuit sur sa réserve contenant, dans des jarres, des pickles de mangue convoités. Une jeune orpheline, ballottée de famille en famille où l’on se sert d’elle comme d’une esclave, sacrifie sa vie par abnégation. Un homme est pris en sandwich entre sa mère et sa femme qui le gavent de plats plus exécrables les uns que les autres. A l’occasion d’un mariage, chaque famille essaie d’impressionner l’autre avec des mets recherchés, si bien que la mariée se souviendra plus tard des plats qui ont régalé la noce plutôt que du visage de son défunt mari. Des aubergines se rebellent en provoquant des brûlures d’estomac chez celui qui a quitté le domicile conjugal, mais qui ne peut s’empêcher d’y revenir une fois par semaine pour apprécier les plats de son ancienne épouse. Un joyeux partage de gamelles s’établit dans le train où l’on s’invite d’un compartiment à l’autre. Les deux maris de Chinta rivalisent d’ingéniosité pour avoir sa préférence en lui offrant de la nourriture qu’elle dévore avec gourmandise. Les femmes vivent un supplice quand elles doivent suivre le jeûne que leur impose leur veuvage. La nourriture est soignée même dans les cérémonies religieuses, pour satisfaire les défunts et le prêtre qui officie. Une femme trompée par son mari compense en se gavant de pâtisseries.

                Ce livre n’est donc pas qu’un simple recueil de recettes. Il nous convie à pénétrer dans le quotidien des foyers indiens. On partage les secrets des familles où l’on s’active paour marier les jeunes filles selon leur caste. On assiste aux tensions entre la mère du mari et sa bru qui vivent sous le même toit. On éprouve de la sympathie pour ces femmes dodues et gourmandes qui ne peuvent résister à un plat succulent. Mariages arrangés, polygamie, adultère font partie de la tradition du pays et le sort des femmes soumises à la suprématie masculine est loin d’être enviable. Pourtant, les caractères bien campés, l’humour et l’originalité de la présentation font de La colère des aubergines un recueil réjouissant et qui, en plus, donne envie de goûter à cette cuisine appétissante qui fleure bon les épices.  

0 commentaire à “La colère des aubergines, Bulbul Charma”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Nonobi |
Aquareliane |
Bawhkalam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tasnimafrances
| Tousmeslivres
| Souvenance.