• Accueil
  • > Non classé
  • > Attente en automne, suivi de Maria et de Turbulences, Charles Juliet


Attente en automne, suivi de Maria et de Turbulences, Charles Juliet

                Trois nouvelles dans lesquelles une rencontre vient bouleverser l’existence sans relief de trois hommes en quête d’eux-mêmes.

                Dans la première nouvelle, le narrateur quitte Paris à la suite d’une rupture et tente de se ressourcer dans un hameau près de Rodez où il voudrait trouver la force d’écrire. Au début, la solitude lui pèse et les balades sur le Causse désolé ne sont pas faites pour soulager son mal-être. Pourtant, petit à petit, en partageant la vie des paysans et les travaux de la ferme, il prend plaisir à se rendre utile. Sa vie lui semble plus supportable, d’autant plus qu’il y a la présence de Martine qui le trouble mais qu’il n’ose pas approcher.

                Dans la deuxième nouvelle, le narrateur tombe amoureux d’une comédienne de théâtre, rien qu’en entendant sa voix « velouté, chaude, prenante ». Il la rencontre grâce à une amie commune, assiste, fasciné à ses répétitions, mais elle se révèle inaccessible car elle a un compagnon et vit dans un autre monde. Il s’éloigne quelques temps près de Florence pour peindre et pour l’oublier. En vain. Ni l’isolement, ni les longues promenades dans la nature, qui reste indifférente à son mal de vivre, ne pourront l’enlever de son esprit. Il ne peut se résigner à lui déclarer son amour, jusqu’au jour où, il la retrouve dépressive et oubliée de tous.

                Enfin, dans Turbulences, un industriel vit uniquement pour son travail et fuit son foyer où il s’ennuie avec sa femme et ses enfants. Pour faire plaisir à un ami, il finit par accepter de le remplacer pour une randonnée dans le Hoggar avec d’autres personnes. Très vite, l’ambiance de son laboratoire lui manque. La mauvaise humeur ne le quitte pas. Les déplacements sont laborieux sur des chemins malaisés, le groupe antipathique et les paysages sans aucun intérêt.  Puis, un jour, le convoi est attaqué par des terroristes. Il découvre alors la solidarité avec ses compagnons de voyage et se rapproche d’une jeune photographe dont la présence l’aide à supporter ces heures éprouvantes. Chacun retourne à son quotidien, mais c’est un homme nouveau qui revient chez lui, hanté par le souvenir de Brigitte et se questionnant sur le sens de sa vie. Il a désormais d’autres priorités et il est prêt à prendre un nouveau départ.

                A l’image de son journal, ces nouvelles sont empreintes de cette mélancolie qui semble ne pas quitter Charles Juliet. Pourtant, les trois textes s’achèvent sur une note optimiste. Des thèmes constants les parcourent : la timidité, la pudeur de ces hommes qui n’arrivent pas à avouer leur amour, l’éloignement dans une nature hostile qui ne peut les consoler et leur transformation à la suite d’une rencontre déstabilisante qui va changer leur vie. Et toujours revient une préoccupation inhérente à Charles Juliet : la difficulté de la création artistique que l’on retrouve chez l’écrivain, le peintre ou la photographe.

0 commentaire à “Attente en automne, suivi de Maria et de Turbulences, Charles Juliet”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Nonobi |
Aquareliane |
Bawhkalam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tasnimafrances
| Tousmeslivres
| Souvenance.