Les cerfs-volants, Romain Gary

                C’est l’histoire d’amour chaotique de Ludo et Lila. Quand ils se rencontrent la première fois, Ludo a 10 ans et Lila 11 ans et demie. Ludo vit dans une ferme normande, chez son oncle, Ambroise Fleury, célèbre jusqu’en Angleterre pour sa passion des cerfs-volants auxquels il donne les traits des philosophes des Lumières, de Montaigne, Rabelais, Rousseau ou bien d’autres personnages historiques. Il est considéré comme un original, comme son neveu qui étonne par son hypermnésie. Lila, d’une famille d’aristocrates polonais, passe ses vacances dans un manoir tout proche. Lui, tombe tout de suite amoureux. Elle, joue les coquettes et le fait marcher. La vie, la guerre les séparent mais Ludo n’oublie pas Lila et vit en permanence avec elle, dans son imagination. Lila et ses parents s’installent en Pologne. Ludo ira la rejoindre et voudra même l’épouser, mais son père refuse. Question de classe sociale. Ludo vit à Paris pendant quelques temps, dans un hôtel de passe où il sympathise avec la patronne pour avoir des nouvelles de la Pologne occupée.

                Quand il revient dans son village de Normandie, c’est l’occupation allemande et chacun réagit à sa façon pour défendre son pays. Marcellin Duprat, dans son restaurant du Clos Joli, propose les plats les plus raffinés et les bouteilles les plus millésimées aux gradés de l’armée allemande, pour leur faire connaître l’excellence de la cuisine française. Cette attitude est très décriée par une partie des habitants qui veulent incendier son établissement. Mais Ludo fait partie d’un réseau qui récupère les aviateurs anglais pour les faire passer en Espagne et pense qu’il pourra glaner des informations auprès des Allemands quand ils seront à table. La résistance s’organise et les cerfs-volants vont jouer un rôle primordial. Ils cachent des tracts qui renseignent sur la position des troupes allemandes, font passer des messages. L’oncle s’en donne à cœur joie et n’hésite pas à narguer l’ennemi en représentant la poignée de main entre Pétain et Hitler. Mais, comme il est considéré comme un malade mental, il n’est pas inquiété. Cet homme, grand humaniste, part pour le Chambon-sur-Lignon quand il apprend que la population de ce village se mobilise pour cacher les enfants juifs.

                Pendant l’absence de Lila, Ludo l’idéalise et, quand elle revient en Normandie trois ans plus tard, il se heurte à une réalité plus cruelle. Elle lui raconte que, pour sauver sa famille, elle a dû prendre plusieurs amants. Dans le village, elle s’exhibe avec un officier et un général allemands, ce qui lui vaudra d’être rasée, à la Libération. Mais Ludo, toujours fidèle, va l’épouser et, à deux, ils seront plus fort pour affronter l’adversité.

                Avec ce puissant roman, Romain Gary nous plonge dans la vie d’un petit village sous l’Occupation où il n’est pas toujours facile de choisir son camp. L’auteur ne juge pas. Il nous présente des personnages au caractère affirmé. L’un des plus intéressants est, sans conteste, celui de l’oncle qui touche par sa simplicité, par son côté artiste, par son indépendance et sa détermination. Son humanisme force l’admiration. Il se bat pour de belles causes et, malgré les épreuves qu’il a traversées (séjour à Auschwitz), il garde la foi en l’avenir. Avec lui, on se laisse porté par la poésie des cerfs-volants, symbole d’innocence, d’espoir et de liberté.

0 commentaire à “Les cerfs-volants, Romain Gary”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Nonobi |
Aquareliane |
Bawhkalam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tasnimafrances
| Tousmeslivres
| Souvenance.