Liquidations à la grecque, Petros Markaris

                Liquidations à la grecque est un roman policier sur fond de crise économique. Plusieurs meurtres ont été commis, dont les victimes ont un lien étroit avec les banques. Elles ont toutes été décapitées au sabre. En même temps, des tracts invitant à la désobéissance civique incitent les habitants à ne pas rembourser leurs emprunts. S’agit-il d’actes terroristes ou bien de la vengeance d’un client ruiné ? Ces deux hypothèses correspondent aux deux problèmes qui font l’actualité. Pourtant, le commissaire Kostas Charitos n’hésite pas longtemps et privilégie la deuxième possibilité. Tant de gens en veulent aux banques en ce moment en Grèce ! Le pays va mal et connaît une situation dramatique, à la suite des mesures drastiques prises sous la pression du FMI et de la communauté européenne. Tout le monde est touché. Les restrictions affectent les budgets. Les pensions sont baissées. L’âge de la retraite est repoussé. Les médecins, comme le gendre de Charitos, vivent chichement. Les suicides se multiplient. Bref, l’insatisfaction est générale et les manifestations encombrent tous les jours les rues de la capitale, rendant la circulation difficile. Le commissaire, qui doit se déplacer pour interroger les témoins, en fait les frais, mais il comprend ce mécontentement.

                L’auteur rend bien l’atmosphère de son pays qui est en train de traverser des moments difficiles. Pas de manichéisme chez ses personnages. Simplement des gens en souffrance. Petros Markaris a su créé un commissaire original en la personne de Charitos. Il éprouve de la bienveillance pour ses concitoyens, lui-même étant affecté par la crise ainsi que toute sa famille qui doit adapter son mode de vie à la baisse du pouvoir d’achat. Signe particulier du policier : s’il mène une vie familiale somme toute assez banale, il a toujours un dictionnaire à ses côtés (le Dimitrakos) dont il consulte les articles régulièrement pour inspirer sa réflexion au cours d’une enquête. Pour celle-ci, ce sont les termes d’« usurier », « emprunt » ou « banquier » qui ont droit à sa curiosité et qui vont orienter ses recherches.

0 commentaire à “Liquidations à la grecque, Petros Markaris”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Nonobi |
Aquareliane |
Bawhkalam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tasnimafrances
| Tousmeslivres
| Souvenance.