• Accueil
  • > Non classé
  • > Le réel n’a pas eu lieu. Le principe de Don Quichotte, Michel Onfray


Le réel n’a pas eu lieu. Le principe de Don Quichotte, Michel Onfray

               Avec Le réel n’a pas eu lieu. Le principe de Don Quichotte, Michel Onfray entreprend une contre histoire de la littérature qui sera consacrée à un classique par siècle et qui montrera les grandes œuvres sous un nouvel aspect. Avec son premier essai, le philosophe s’attaque au roman de Cervantès et offre une lecture à travers le prisme de sa vision du monde hédoniste, athée et libertaire. Que nous dit Michel Onfray de Don Quichotte ?

               Don Quichotte, déformé par la lecture des romans de chevalerie, rêve sa vie au lieu de la vivre. Il est en permanence dans le déni du monde réel et pour expliquer l’inexplicable, il se dit sous l’influence d’un enchanteur dont le rôle est de donner le sens attendu par l’ingénieux hidalgo. Quant à Dulcinée, c’est l’image de la sainte, idéalisée par l’homme. Elle représente un amour rêvé, transcendé, inaccessible. Face à elle, Cervantès oppose la figure de Marcelle, femme libre dont la profession de foi libertaire n’est pas pour déplaire à Michel Onfray : « J’ai le goût de la liberté et ne veux pas être asservie. » Et bien sûr, à l’opposé de Don Quichotte, Sancho Pança incarne la raison, le pragmatisme, l’hédonisme. Contrairement à Don Quichotte qui persiste à vouloir changer le monde, son valet, au cours du bref épisode où il devient gouverneur d’une île, s’aperçoit qu’il n’est pas un homme de pouvoir et qu’il préfère mener une vie simple, juste, authentique et indépendante. A un Don Quichotte platonicien, l’auteur préfère le bon sens d’un Sancho Pança épicurien.

0 commentaire à “Le réel n’a pas eu lieu. Le principe de Don Quichotte, Michel Onfray”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Nonobi |
Aquareliane |
Bawhkalam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tasnimafrances
| Tousmeslivres
| Souvenance.